Comment vaincre ses peurs et ses phobies ?

Dans notre quotidien, nous sommes tous plus ou moins confrontés à des peurs, qui lorsqu’elles deviennent envahissantes, peuvent se transformer en véritables phobies qui nous paralysent.

Or, ses peurs phobiques peuvent être contrôlées au moyen d’une méthode naturelle, la sophrologie,  qui, associée à des techniques corporelles douces, va vous aider à surmonter vos angoisses et à vous libérer de ces troubles handicapants.

trouver des solutions à l'aide de la sophrologie

Comment différencier une peur d’une phobie ?

Une peur se transforme en phobie, quand elle surgit sans raison apparente, par rapport à un ressenti et non à une réalité.

Cette peur irrationnelle et démesurée l’emporte sur la raison, par des créations de l’esprit qui font que l’on se sent menacé, alors qu’il n’y a aucun danger réel.

Pour savoir si vous souffrez de phobies, certains symptômes ne trompent pas. Tout d’abord la phobie, à l’inverse d’une peur maîtrisable et surmontable, va provoquer chez vous l’évitement. Au lieu d’affronter votre peur, vous chercherez à tout prix à la contourner, sans jamais pouvoir lui faire face.

Alors que la peur, l’anxiété et le stress peuvent être positifs et vous amener à vous surpasser dans certaines situations, la phobie génère des sentiments négatifs qui vous font perdre tout contrôle sur vos émotions.

Ainsi, le trac n’est pas une phobie, mais une angoisse naturelle souvent stimulante, qui nait avant une action et disparaît lors de son accomplissement.

La peur est une émotion nécessaire et salutaire qui permet de se protéger et de protéger les autres. Elle apparaît de façon occasionnelle et retombe aussitôt la situation passée, alors que la phobie prend un caractère répétitif et persistant.

Quelles sont les peurs et phobies les plus courantes ?

Parmi les centaines de peurs et phobies existantes, de la simple peur à la peur pathologique, en passant par la peur compulsive, on distingue plusieurs types de troubles phobiques, généralement regroupés en trois catégories :

Les phobies simples ou spécifiques

vaincre ses peurs grace à la sophrologie, cabinet Martinez à Nice

Ce sont les plus fréquentes. Elles touchent un tiers de la population, mais ne sont pas gênantes et  généralement, on arrive à vivre avec, en les évitant.

Elles sont principalement associées à un animal, à un objet, à une situation ou à un environnement naturel :

  • Arachnophobie : Peur des araignées
  • Ophiophobie : Peur des serpents
  • Claustrophobie : Peur des espaces confinés, peur de prendre l’ascenseur
  • Aviophobie : Peur de l’avion
  • Acrophobie : Peur des hauteurs
  • Cheimophobie : Peur de l’orage
  • Hématophobie : Peur du sang
  • Emétophobie : Peur de vomir

Il existe des centaines de peurs.

Parmi ces peurs, on recense également les peurs des maladies, comme la cancérophobie ou la  nosophobie.

La nosophobie est la peur de tomber malade, à la différence de l’hypocondrie, qui est la crainte d’avoir contracté une maladie grave et qui s’apparente plutôt à une peur, ou à une angoisse.

Les phobies sociales

Thérapie en sophrologie pour cette jeune femme déprimée

Ces troubles anxieux sont les plus difficiles à surmonter et à vivre au quotidien.

Ils se manifestent par une timidité excessive, la peur de rougir, la peur d’agir en société, de prendre la parole en public, d’être observé et jugé.

La phobie scolaire est d’ailleurs une forme de phobie sociale qui exprime la crainte de quitter le cadre familial, pour affronter les professeurs, les élèves, la compétition, les examens, ou changer de classe.

En outre, ce mal-être peut s’accompagner de crises de panique, si on force les enfants à aller à l’école.

Les crises de panique sont différentes des crises d’angoisse, car elles sont toujours accompagnées de plusieurs symptômes comme de la transpiration, des bouffées de chaleur, des tremblements, la crainte de perdre la maîtrise de soi ou d’autres manifestations physiques désagréables.

Il faut surveiller cette peur infantile qui, même si elle disparait généralement dès le retour au domicile, le week-end ou pendant les congés scolaires, peut poursuivre l’enfant durant toute sa scolarité, jusque dans sa vie d’adulte.

L' agoraphobie

Femme triste, deprimée ayant un besoin de consulter un sophrologue à Nice

Ce trouble pathologique très handicapant engendre la peur de la foule, des espaces publics, comme les grands magasins, les restaurants, les cinémas, les transports en commun, mais aussi peur de prendre l’autoroute.

Les crises ont toujours lieu à l’extérieur de chez soi, peur de  se retrouver partout où il vous serait impossible de vous échapper. Ce n’est pas le lieu qui est source d’angoisse mais l’idée que l’on ne puisse pas venir vous secourir en cas de problème.

Cette angoisse affecte la personne sur un plan psychophysiologique, entraînant toujours des symptômes physiques comme pour les phobies sociales.

Mais ces manifestations physiques sont toujours associées à des pensées dramatiques : peur du ridicule, ou de la perte de contrôle, ou même jusqu’à la peur de mourir.

Comme pour les autres peurs, elle produit une réaction émotionnelle qui se traduit par un comportement d’évitement.

Cela peut très bien ne pas vous poser de problèmes importants, mais pourrait le devenir.  Surtout si vos craintes commencent à vous limiter dans vos activités et votre vie au quotidien.

Les autres peurs phobiques

Il existe bien d’autres peurs, insolites ou récentes, engendrées par des phénomènes de société, à l’instar de la nomophobie, qui est la peur d’être éloigné de son téléphone mobile.

chaise longue pour apprendre à se détendre avec la sophrologie

De nouvelles phobies engendrées par le coronavirus

Après le syndrome de la cabane pendant le confinement, qui a généré la peur du dé-confinement, la pandémie du coronavirus a fait naître de nouvelles phobies liées à la « distanciation sociale ».

Ainsi, certains deviennent obsédés par la peur d’attraper la covid-19, par crainte de n’être pas assez éloignés des autres et ont peur d’être contaminés, s’ils ne respectent pas scrupuleusement la distance règlementaire.

Que ce soit l’obligation de porter un masque en tout lieu, ou l’interdiction de se retrouver à plus de dix personnes dans un espace public, les gestes barrière imposés ont de quoi déstabiliser et instaurer des peurs obsessionnelles et des phobies.

Cette crise a donc fait surgir des peurs excessives, suscité ou aggravé des tocs liés au lavage des mains, à la désinfection systématique de produits venant de l’extérieur, bref à l’obsession de l’hygiène.

En effet, les troubles compulsifs se manifestent parfois par des obsessions phobiques dues à la peur des maladies, des microbes, ce qui provoque des rituels répétitifs et épuisants chez la personne atteinte de ce trouble d’anxiété.

La recommandation de se laver les mains en permanence pour ne pas être contaminé, peut alors générer une crise panique, chez la personne phobique, si elle a touché un bouton de porte et qu’elle n’a pas son gel hydroalcoolique à portée de main.

Avec la peur et le climat anxiogène entretenus par les médias, certaines autres phobies comme l’ergophobie (la peur du travail) ou l’haptophobie (peur de toucher et d’être touché), ont trouvé un terrain propice à leur développement.

Qui plus est, les conséquences psychologiques résultant de règles à suivre à longueur de journée, d’interdictions, de mises en garde, voire de sanctions, affectent particulièrement les personnes souffrant de phobie sociale et peuvent laisser des séquelles traumatisantes chez les enfants.

Comment naissent les phobies ?

Même si les origines des phobies sont parfois difficiles à déceler, un facteur déclencheur en est souvent la cause.

Ainsi, des évènements traumatisants survenus dans l’enfance peuvent justifier la présence de troubles phobiques profonds, comme la peur du contact physique, à la suite de maltraitances ou d’abus sexuels.

Mais la peur du rapprochement physique peut aussi être une réaction de pudeur, en réponse à un manque de démonstration de tendresse et de liens affectifs pendant l’enfance.

La thanatophobie, angoisse liée à la peur de la mort, peut avoir été déclenchée, suite à la disparition d’un proche, ou à la vue d’un cadavre.

Le manque de confiance en soi entraînant la peur de s’exprimer en public, provient parfois de relations sociales restreintes dans son environnement, ou d’une absence de dialogue dans la sphère familiale.

Une hospitalisation, une vaccination ou une prise de sang, peuvent provoquer la phobie des maladies, des piqûres ou du sang, tandis qu’une morsure de chien peut expliquer la peur des animaux.

L’imagination très fertile joue un grand rôle dans les phobies infantiles, qui sont souvent des pensées de l’esprit, se traduisant par des images effrayantes de monstres.

Tout comme la peur du noir, ces peurs normales participent au développement de l’enfant, et s’estompent généralement avec le temps.

En revanche, les peurs spécifiques commencent dans l’enfance et perdurent à l’âge adulte, si elles ne sont pas traitées.

Des souvenirs douloureux ou une situation stressante subie pendant une longue période, peuvent également faire naître des troubles névrotiques, à l’image de l’agoraphobie, qui peut se déclencher après une grossesse, une maladie, ou un décès.

Cependant, la source du problème est parfois plus complexe qu’un simple caractère répulsif lié à l’objet phobogène.

L’apparition de troubles psychiques peut avoir de multiples origines, aussi bien d’ordre post-traumatique que génétique, ou psychologique, dont nous ne sommes aucunement responsables.

C’est ainsi que la cause génétique nous prédisposerait à avoir peur du noir ou du vide.

Lorsque les mêmes phobies atteignent différents membres d’une famille, on parle de phobie héréditaire.

D’autres troubles du comportement se manifestent à tout âge, sans qu’on puisse en déterminer la raison.

Quels symptômes et conséquences engendrent les phobies ?

Lorsque la peur entraine une réaction démesurée, celle-ci se manifeste à travers plusieurs symptômes émotionnels, comportementaux et psychologiques.

Diverses réactions physiques apparaissent dès lors que vous êtes confrontés à la situation ou à l’objet de la peur, ou même en leur absence, par le simple fait de se les représenter.

  • Bouffées de chaleur
  • Transpiration excessive
  • Sensations d’étouffements
  • Vertiges
  • Evanouissements
  • Maux de ventre
  • Nausées
  • Troubles du sommeil

Cet état de souffrance corporelle s’accompagne d’une détresse psychologique, qui vous donne l’impression de voir le danger partout autour de vous, vous obligeant à être constamment sur vos gardes, prêt à fuir dès que le danger se rapproche.

La  phobie simple trouve sa solution dans l’évitement, mais si la situation ne peut être évitée, elle va provoquer une attaque de panique, allant jusqu’à la peur de mourir.

Non seulement la peur panique vous empêche de réfléchir et vous fait perdre le contrôle, mais elle vous place dans des situations inconfortables.

Malgré vos efforts pour surpasser vos peurs, vous échouez à affronter la réalité, alors même que vous avez conscience que vos peurs sont infondées.

Si les phobies simples sont gérables par l’évitement, les phobies sociales, plus complexes, sont aussi plus invalidantes, entrainant également crises d’angoisses, sentiment de honte et isolement.

Pour déterminer à partir de quel moment une phobie devient dangereuse pour la santé et l’équilibre psychique, il faut analyser la fréquence et l’intensité des réactions qu’elle provoque en vous, ainsi que le degré des répercussions sur votre vie quotidienne.

Ainsi, quand franchir le seuil de sa porte devient une véritable épreuve, les agoraphobes se voient obligés de rester chez eux et ne sortir qu’accompagnés d’une tierce personne.

De plus, cet état d’anxiété incessant peut vous épuiser mentalement et provoquer un état dépressif.

Quand la peur prend un caractère permanent et vous empêche d’avoir une vie sociale et affective, vous rend dépendant et esclave de vos phobies, il est temps de réagir !

Voilà pourquoi il ne faut pas hésiter à faire le premier pas, et consulter un spécialiste qui prendra en charge votre détresse et vous guidera pour apprendre à combattre votre mal-être.

Surmonter ses phobies grâce à la sophrologie

A mon cabinet de sophrologie à Nice, j’accueille des personnes souffrant de pathologies phobiques et mets un place un programme thérapeutique personnalisé, adapté à chaque cas particulier.

Cette thérapie émotionnelle et corporelle, 100 % naturelle, va vous permettre de reprendre le pouvoir sur vos peurs, restructurer votre esprit et vous déconditionner de votre état de souffrance.

trouver des solutions à l'aide de la sophrologie

Entre autres vertus, la sophrologie est une thérapie brève, qui soigne peurs, phobies, ou dépendances, de manière très efficace, à votre rythme, selon un accompagnement spécifique.

Ensemble, nous vous amènerons à percevoir vos peurs autrement, en commençant par identifier l’origine de vos phobies.

Grâce à des méthodes de relaxation, issues de mes longues années d’expérience, vous apprendrez à pratiquer des exercices respiratoires et musculaires, ayant pour but de vous amener à un état de détente complet, pour calmer vos peurs, lorsque vous devez y faire face.

Par ailleurs, les soins pratiqués en sophrologie s’appliquent parfaitement aux phobies infantiles.

C’est pourquoi, si vous pensez que votre enfant développe une phobie scolaire, ou des peurs inexpliquées, je vous invite à lui faire suivre mon programme anti-stress, pour le prendre en charge au plus tôt et stopper l’évolution des symptômes anxiogènes.

Des médecines complémentaires naturelles pour lutter contre les phobies

En tant que spécialiste en sophrologie et en médecines complémentaires et alternatives, j’associe des pratiques naturelles douces, pour renforcer l’efficacité du traitement thérapeutique.

Parallèlement, la thérapie brève de la Dmoka® peut servir de déblocage et vous libérer, grâce un processus de déprogammation, qui va vous permettre de revenir aux origines de vos phobies, chasser les peurs de votre esprit et regarder objectivement une situation.

Dans le but de rééquilibrer votre énergie, je peux également vous proposer des séances d’Access Consciousness Bars®, qui viendront compléter les effets des exercices de détente musculaires, au niveau de points d’ancrage précis au niveau de votre crâne.

Afin de prévenir les crises de panique et en même temps, améliorer votre état de santé, je vous amènerai à gérer votre stress grâce à la naturopathie, notamment à l’aide des élixirs de fleurs de Bach, à la réflexologie plantaire et palmaire, ou aux massages relaxants.

Après une séance d’accompagnement thérapeutique en sophrologie, vous ressentirez rapidement sérénité et apaisement.

Au fur et à mesure des consultations, les obstacles vous empêchant d’être rationnel deviendront moins difficiles à surmonter.

Au bout du compte, vous allez retrouver rapidement  joie de vivre et confiance en votre instinct, qui vous dit qu’une situation n’est pas dangereuse. Vous pourrez enfin sortir de chez vous, sans céder à une crise de panique !

Prenez la décision de vaincre vos peurs phobiques, pour vivre votre vie pleinement, et découvrez dès à présent les bienfaits de la sophrologie, lors de séances personnalisées.

Cabinet à votre disposition :

Nice Ouest 59 Av. Raoul Dufy Villa Dufy Entrée A

Je consulte tous les jours de 8 h à 20 h sans interruption sur Rendez-Vous ou à votre domicile.

Certaines mutuelles remboursent les consultations de Sophrologie, Naturopathie ou Réflexologie.

Renseignez-vous auprès de la vôtre.