Lorsque je rencontre une nouvelle personne et que celle-ci apprend que je suis Naturopathe, elle me pose souvent la question du biologique :

  • Est-ce-que le bio existe vraiment ?
  • Est-ce-que ce n’est pas un effet de mode ?
  • Etc, etc, etc

Et si la personne est un peu plus virulente, elle m’affirme que le bio c’est de la foutaise car même des reportages démontrent que le bio est toxique pour la santé !

Et oui, j’entends un peu tout 😉 mais ces remarques sont légitimes, car l’information est souvent erronée, mais j’y reviendrai un peu plus bas.

Alors je raconte simplement une petite histoire, imparable, qui met gentiment un terme à toutes polémiques lors de soirées entre amis :

«Vous êtes dans le désert, vous avez très chaud et vous n’avez plus une seule goutte d’eau. Heureusement au détour d’une dune, vous rencontrez quelqu’un qui vous propose 2 verres d’eau à boire sans tarder.

Le 1er verre, précise-t-elle, est composé de 50 % d’eau pure et 50 % d’eau toxique.

Et le 2ème verre, précise-t-elle à nouveau, est 100 % toxique, pesticides, herbicides, fongicides (perturbateurs endocriniens), cadmium (métal toxique pour l’organisme), mercure etc.

Alors, je pose simplement la question suivante : quel verre buvez-vous ? »

Très spontanément, mon interlocuteur répond : le 1er ! »

Et oui le bio c’est cela, il ne garantit pas du 100 % propre mais fait tout pour s’en rapprocher. Alors si l’on est un peu futé, on ne peut qu’adhérer à l’alimentation biologique car c’est bon pour notre santé mais aussi pour la planète ! Et Dieu sait combien notre pauvre planète en a besoin…et nos enfants de demain aussi.

Revenons à présent sur la qualité de l’information tirée des soi-disant études. Il faut savoir que souvent les études sur la qualité nutritive du biologique, sont demandées par l’agrochimie pour discréditer le bio ! Mais il y a aussi les écolos, qui financent des études pour démolir l’agriculture conventionnelle. (Même si la quantité de ces études est beaucoup, mais beaucoup moins nombreuse.) Donc chacun interprète finalement les résultats dans le sens qui l’intéresse.

Alors, voyons d’un peu plus près ce que peuvent nous apporter les aliments biologiques, que les aliments non bio n’ont pas ou plus :

 

INSERER TABLEAU

 

 

 

 

Sources : entre autres, Food Standard Agency 2009, confirmé par l’étude de Newcastle 2014.

Quant aux OGM toutes les études sont faites par l’industrie agricole, donc difficile de se faire une idée objective. Mais des travaux (Séralini) ont démontré que les substances associées au glyphosate sont toxiques !

Ces différences ont elles un impact sur la santé humaine ?

D’après vous, est-ce-que le biologique est moins bon pour la santé et pour la planète ? Je vous laisse seul juge 😉

Et puis en poussant le bouchon un peu plus loin, il suffit d’aller sur le site « Phyto-Victimes » et de lire les témoignages d’agriculteurs victimes de la toxicité des produits chimiques de leurs exploitations. Car si les études n’arrivent pas à départager les uns et les autres à propos de l’impact sur la santé des consommateurs, ce n’est pas la même limonade du côté de la santé des agriculteurs !

L’exposition répétée à de fortes doses de pesticides des agriculteurs, est associée à divers problèmes de santé tels que :

  • des troubles de la mémoire
  • des dépressions
  • des malformations congénitales
  • des fausses couches
  • et le cancer

Depuis 2012, un décret reconnaît la maladie de Parkinson, comme maladie professionnelle chez les agriculteurs, en lien avec les pesticides.

Je ne juge pas et n’accuse pas, bien au contraire. C’est en choisissant une alimentation bio que nous aiderons aussi les agriculteurs à franchir le pas du biologique, qu’ils ont du mal à faire pour des raisons économiques. Et nous ne pouvons pas les en blâmer, vu la réglementation agricole européenne qui les prend en otage.

En conclusion et sans parler de la valeur gustative des aliments biologiques et du coup des économies sur les sauces que l’on n’achète plus pour relever le goût insipide de nos assiettes, on peut dire sans prendre trop de risque que l’alimentation biologique contient plus de Vitamines (C, caroténoîdes et E…), d’Oligo-éléments, de Minéraux, de polyphénols, d’antioxydants (18 à 69%, selon la molécule), d’oméga 3, etc, et moins de pesticides…

Bref les aliments provenant de l’agriculture biologique nous nourrissent et nous apportent ce qu’il faut pour notre santé ! Ce que ne fait plus ou peu, le non bio. Serait-ce cela le secret de la santé, être correctement nourri déjà à la base ? Je vous charrie un peu, mais je vous assure que certains l’ont oublié.

Toujours pas convaincu ?

Alors je vous invite à faire une petite expérience sur quelques jours : Donnez au petit déjeuner à vos tendres gloutons, des céréales non bio et attendez 11 h. Faîtes de même avec des céréales biologiques. Quelle surprise : dans le 1er cas, nos chers bambins sont affamés et se jettent sur tout le sucre qui passe, mais dans le 2ème cas, ils vont jusqu’au repas de 12 h. Idem pour le pain, personnellement ma petite fille mangerait 20 tartines de pain blanc non bio, contre 2 ou 3 seulement en bio !

Faîtes aussi l’expérience de la compote ! Achetez 1 kilogramme de pommes non bio, faîtes-en une compote et repesez, puis faîtes de même avec des fruits bio. Oups jusqu’à 300 gr de différence… et oui, l’eau des pommes non bio s’est évaporée !

Les pommes non bio subissent en moyenne jusqu’à 36 traitements chimiques et c’est pourtant ce que l’on nous propose de manger. Si j’imagine ma pomme passer de bain en bain toxique, je ne voudrais même pas la toucher… alors la manger, même pas dans mon pire cauchemar 😉.

Bon Appétit 😉